Europolar is back on line
Accueil
Enfants de Belfast Wee Rockets, de Gerard Brennan
crit par Dominique Jeannerod   
13-09-2013

Enfants de Belfast Wee Rockets, de Gerard Brennan

   

ImageLe roman noir est-il vraiment, comme on l'en crédite peut-être trop facilement, le mode d'expression le plus apte à faire l'anamnèse des conflits ? Offre-t-il réellement le régime narratif le plus à même de rechercher les traces laissées par la violence dans les mémoires et les psychismes ? L'Irlande, comme chaque récent théâtre de guerre et de guerre civile, pose avec acuité de telles questions au genre ; elle interroge sa capacité à rechercher les causes, démêler les responsabilités, faire la part des crimes de guerre et de droit commun et à représenter leurs conséquences. A cet égard, la publication en 1996 du Trépasseur d'Eoin McNamee dans la collection « La Noire » (Gallimard), a contribué à définir l'horizon des attentes des lecteurs français envers le roman noir irlandais.

Dernire mise jour : ( 13-09-2013 )
Lire la suite...
 
Rages et outrages dun roman noir dublinois
crit par Dominique Jeannerod   
15-05-2013

The Rage (Vintage, 2012), de Gene Kerrigan,

Gold Dagger 2012 de l'association des auteurs de romans policier (CWA)


ImageLe roman noir est né de la culture médiatique. En Irlande comme ailleurs, bien que plus tardivement, il apparaît dans les parages de la presse écrite. Un des pionniers, Colin Bateman, est journaliste d'une gazette hebdomadaire d'Irlande du Nord, le County Down Spectator, lorsqu'il publie Divorcing Jack en 1994. Son roman Belfast Confidential (Headline Publishing, 2005) examine la vie et les scandales d'un journal local ; le personnage récurrent de Dan Starkey, journaliste à Belfast, ressemble à un alter ego de l'auteur. A Dublin, John Connolly, aujourd'hui l'auteur noir irlandais le plus connu internationalement, écrit son premier roman All the Dead Things (1999) en même temps que ses articles pour l'Irish Times.

 

Dernire mise jour : ( 02-09-2013 )
Lire la suite...
 
La France tranquille de Olivier Bordaarre
crit par Alain Bandry   
14-05-2013

La France tranquille de Olivier Bordaçarre (Fayard noir. 18 €)

 

ImageNogent-les Chartreux, dans la Beauce, entre ville et campagne. Petite vie tranquille et tristounette. C'est le 1er septembre. Ce samedi soir, on dort sur ses deux oreilles. Pour combien de temps ? « On s'était rincé l'œil au divertissement télévisuel du samedi soir à quatre-vingt-dix-huit pour cent de matière grasse - les miraculeux deux pour cent de matière grise résiduels étant l'œuvre de l'ultime fragment d'humanité des «  stars » invitées : chanteurs has-been tartinant les écrans plats de leur bêtise et improbables mannequins, la peau plus tendue qu'une baudruche, échouant à faire croire à leur retour sur scène. Le présentateur vedette s'était une fois de plus déshonoré à coups de galéjades d'avant-guerre : le vichysme des chiens de garde est immortel. Mais le somnifère cathodique avait fait son effet et la ville en écrasait ferme derrière le triple vitrage. »

Le ton est donné !

Dernire mise jour : ( 14-05-2013 )
Lire la suite...
 
© 2016 Europolar- powered by jl2i.com
Joomla! est un logiciel libre distribu sous licence GNU/GPL.

Design by syahzul, FlexiSaga.com